RICK McCRANK INTERVIEW

   Interview by Charles Paratte Portrait by Leo Sharp 

If you look back at the end of 90’, early 2000’, acquiring recognition meant being part of a huge videos, those full length videos that came out only occasionally. And you had to do good obviously. There was no instagram, no web clip, maybe a few video magazine contents and obviously print magazines.
In the case of Rick McCrank, he not only had a few parts in some full length videos, but he filmed for the most anticipated videos like Plan B Revolutions, Girl Yeah Right, Es Menikmati, while those brands were well known for having “a top elite team”. Imagine the pressure.
Rick did well, but if you had any chance to watch him skate in real, you know why.
While being part of those projects, Rick had daughter, opened Antisocial skateshop, won a bunch of contests and is always keeping an eye on a following project.
We met Rick in Malmö during PushingBoarders and asked him a few questions about his carrer and his different accomplishments.

How have you got on Plan B ?
I was skating for a company called Cherry Bombs, a local one from Whistler.
And I felt like it was coming a end of that, my skating was progressing a lot, was travelling a lot, meeting a lot of people and it seemed that I need to do the next step to like go to a larger brand.
I skated with Colin McKay one day, we grew up in the same city. I didn’t really know him. I told him that I was trying to get on Shorty’s Skateboards because I knew some people who were Pro Snowboarders for Shorty’s. So Colin said « If that doesn’t work out let me know » I guess what he meant was « If that doesn’t work out with Shorty’s I’ll try to get you on Plan B » but I thought he meant he would help me get a sponsor, but it turned out it was Plan B. So basically, Colin McKay got me on Plan B.

Do you think your life changed after that part in “Revolution” ?
After that part ? No, I felt that part was a big failure.

Really ?
I did not know how to film a part. I just skated and my friends filmed it, which is kind of more acceptable these days. So when the part came out and I saw it mixed with everybody else’s I was like « I’m a fraud ». I think in a way it changed that I knew I didn’t want to feel that way ever again, I wanted to do better. And right around that time, I became a dad, I have to work and do good work. I was 22. Being a dad was a big change for me.

Plan B was building a new team after most of the riders left and made Girl Skateboards, you were one of the new guys in the new team, did you feel any pressure ?
Basically, I just got on Plan B, and the next day I went on vacation with my girlfriend in Costa Rica, like a backpacking trip. And I hated the trip, it was a full meltdown, « I don’t deserve te be on Plan B » that’s all was it in my mind, “This is wrong they shouldn’t have sponsored me” I was just afraid, so yes, 100%, that was pressure. Then I skated with Jeremy Wray, Pat Chanita, and I was like “Those guys are actually pro skaters”. But I think it was a grooming. I didn’t see myself as an amateur, I guess I saw myself as someone who was going to be a pro, I guess it was a grooming to move into professional skating that way. That was a good push.

Then you moved to Birdhouse, how did you get on ?
Plan B got out of business after a while, and I had a daughter so I needed a sponsor that will not go out of business. Birdhouse was the biggest at the time and they were building up for that video for a long time, I was still talking with Danny Way and he actually made the call, he talked to Jeremy Klein or somebody over there and they were like « He’s a hot amateur and we’d love to have him on ». And then I pretty much just flew to LA right then and had about one week to film for that video.

Yes because the video was almost finished at that time ?
Yes it was edited, so they were like getting the last minute hammers, so they were like « you can try to get you in the video » and I film a lut of stuff, it was really great productive time.

So just one week ?
Yes, just one week in LA and I think I filmed maybe one week in Vancouver. I got enough footage for them to be like « Yeah we’ll throw it in the video ». And that changed my career for sure. That was such a big video, and I did pretty good for that amount of time, that really helped.

Actually you were in some huge videos, Menikmati was a big one too. How was working with Fred Mortagne ?
Amazing, you’re French right ? French have passion, it’s the culture ahah. Fred is passionate and driven, and it was very infectious. You wanted to do it for Fred, he worked as hard as you did, maybe harder. I was younger, it was easy to do some tricks ahah. He would be pissed sometimes I would land tricks first try and he would say « Ricky not first try, I got to get the angle just right » Anyway, it was great and we’ve been lifelong friends.

UK Girl Tour 2018 / Photo by Leo Sharp

You had another great part in Yeah Right. What is your favorite part you ever had ?
Probably, it was a small video called « Especial ». I think it came out on DVD in a magazine. Back then not a lot of people actually got the video. Something about that video, I felt a little looser and more myself and not like I had to do what I was supposed to do like I have to do big old rails.

Yes I remember you had some surprising tricks like this 360 flip bs 180 think from bank or wall ride mollie flip out
Yes, I think that was never been done.

You opened a shop Antisocial a while back ago, do you still own it ?
Yes it’s still going, it’s been 17 years now, myself and my partner Michelle started it together.

What made you decide to open it ?
Michelle was opening a shop, we were dating at the time. She was opening a shop with her friend and then I was in meetings just giving them consulting because I know a bit about it. Her friend decided not to do it, she wanted to go to art school and do a different path and I’ve been involved so much that I was like « I’ll just do it with you ». That was the beginning of it and then we wanted to do it, you know, like we had a different vision for what we wanted our skateshop to be like compared to this traditional skate shops.

You wanted to keep it core and support the local scene ?
Yes, back then we wanted a core local scene and even small brands which is kind of what people do now. We shipped boards from the UK like Unabomber, we just wanted more exclusive, not to be cool but just stuff we liked. We didn’t want the market telling us what to sell, we wanted to tell the market what to buy.

Antisocial is well known worldwide. Did you decide to work on it as an after career plan ?
No I just liked the project, that’s it. I like doing projects. I don’t just consider myself as a skater, I like trying different things. We never set out to make any money with the shop, it’s a community thing, it’s almost a non for profit. We just stay open and we’re a hub for things.
But to be honest, it’s Michelle’s shop, we do it together but she’s the boss ahah

You also started a show named « Abandonned », how did you think about filming in this kind of places ?
The team I did with was developing another show idea was kind of more a travel show. They had done a project before for Red Bull where they went to an abandoned hotel and built some obstacle in it. They were working with somebody doing that and that person ended up working for Viceland. And somebody at Viceland had just driven by an abandoned mall. He said « We need to do something about these abandoned malls ». Originally it was more « skating in places », and then when we got handed the idea for the project we wanted the skating to be very minimal and more about socio economics. It’s abandoned places but it’s more about people that are affected by the abandoned places and then « Rick goes and skates » ahah
It’s a weird idea but I think it works.

Regularly, your fans ask for a new video part or new footy, how do you feel about that ?
I like the idea about that. My body is slower, I would like to try that, I just have these physical problems and that come up like right when I’m ready to do it ahah
I don’t know if I see value in it anymore, I mean a full video part. Personally I would like to do that one more video part, so we will see if I can. The content need to be immediate now like everyday, so that has more value to just do good things but in a bunch of different projects

Nowadays there are pro skater in their forties, who can have that “legend status” on big shoe brands. Have you ever been approached by those companies ?
No, I mean I skate for Lakai. Honestly I think there is space for that and for those people to do that and it’s been filled, there is already someone like me that fills that position somewhere else. And I skate for Lakai and I’m fine ahah

What skater has inspired you recently ?
As far as watching their skating, I would say Rowan Zorilla. He’s my favorite now, I just been seeing him around lately at some events and stuff and seeing him skating physically is amazing.

And back in the day ?
Eric Koston

What about Rick Howard ?
Oh, Rick is one of my best friends, I don’t see him really as a pro skater. Although we went through my hometown on a trip once and he was skating my curb, and I was loosing my mind.
I’ve always been a huge Rick Howard fan but now more as a person.

Rick McCrank and Rick Howard. Photo by Bryce Golder

Report this on Instagram


🇫🇷

A la fin des années 90, début 2000, se faire remarqué signifiait souvent faire partie d’une de ces grosses videos, celles qui ne sortaient qu’occasionnellement. A côté de ça, pour se rattraper, il n’y avait pas instagram, pas de web clip, seulement quelques video magazines et les magazines papiers bien sûr.

Rick n’as pas fait qu’avoir des part dans des grosses videos, il a eu des parts dans des videos les plus attendues telles que Plan B “Revolution”, Birdhouse “The End”, Girl “Yeah Right” ces marques dont l’élitisme étaient le vecteur marketing. Imaginez la pression.
Rick a assuré, mais si vous avez eu la chance de le voir skater un vrai, vous comprenez pourquoi.
Pendant ce temps là, Rick a eu une fille à 22 ans, a ouvert Antisocial skateshop et est toujours à l’affût du prochain projet.
Nous avons rencontrés Rick et lui avons posé quelques questions sur ces moments forts.

 

Comment as tu été sponsorisé par Plan B ?
Je skatais pour cette marque locale Cherry Bombs. Et je sentais que c’était la fin, je progressais beaucoup, je voyageais énormément, je rencontrais beaucoup de monde. J’ai senti que je devais franchir une étape et skater pour une plus grande marque. Un jour j’ai skate avec Colin McKay, nous avons grandi dans la même ville. Je ne le connaissais pas vraiment. Je lui ai dit que j’essayais d’être sponsorisé par Shorty’s car je connaissais quelqu’un qui était snowboarder pro pour eux. Colin m’a dit « Si ça ne se fait pas, fais le moi savoir » Je pense qu’il voulais dire « Si ça ne marche pas, j’essaierai de te faire rentrer chez Plan B » mais à l’époque j’ai cru qu’il disait qu’il essaierais juste de m’avoir un sponsor, mais en fait il s’agissais de Plan B. Donc en résumé, Colin McKay m’a fait rentrer chez Plan B.

Pense tu que ça a été un tournant pour toi ?
Après la part ? Non, j’ai ressenti ça comme un gros échec.
 
Vraiment ?
Je ne savais pas comment filmer une part, je faisais juste skater et mes potes filmaient, ce qui est semble être plus acceptable de nos jours. Lorsque que la video est sortie, j’ai vu ma part avec toutes les autres de la video et je me disais « je suis un escroc ». Dans un sens, ça a été un tournant car j’ai compris que je ne voulais plus jamais ressentir ça. Je voulais faire mieux. A cette époque, j’ai eu ma fille, je suis devenu papa, je devais plus travailler, et faire du bon travail. J’avais 22 ans. Devenir papa a été un grand changement.
 
Plan B était dans un renouveau et avait construit un nouveau team, tu as ressenti de la pression ?
En gros, je suis rentré chez Plan B et le jour suivant je suis parti en vacances au Costa Rica avec ma copine. Et j’ai détesté ce trip, j’étais effondré, je me disais « je ne mérite pas de skater pour Plan B » c’est tout ce que j’avais à l’esprit « C’est pas bon, il n’auraient pas du me prendre ». Donc oui c’est beaucoup de pression. Et ensuite j’ai skate avec Jeremy Wray et Pat Chanita. Et je me disais « Ces gars sont vraiment des vrais pro skaters ». Mais je pense que c’était un apprentissage. Je ne me voyais pas comme un skater amateur mais comme un quelqu’un qui allait devenir pro, je pense en effet que c’était une bonne préparation. Cela m’a donné un élan.
 
Après ça tu es passé chez Birdhouse et tu t’es retrouvé dans la video « The End »?
Plan B s’est arrêté peu après et j’avais besoin d’un sponsor qui ne mette pas la clé sous la porte. Birdhouse était très gros à l’époque et ils bossaient sur cette video depuis un bon moment.
Je parlais avec Danny Way et c’est lui qui a passé le coup de fil, à Jeremy Klein ou quelqu’un de là-bas et ils ont dit « Rick est un super amateur, on adorerait l’avoir dans le team ». Et j’ai plus ou moins volé direct à Los Angeles just après and j’ai eu une semaine pour filmer pour « The End ».
 
C’était juste avant que la vidéo sorte en fait ?
Oui, la video était finie, ils étaient en montage et filmaient juste les gros tricks de dernière minute, ils ont dit « Tu peux essayer d’être dans le video ». Et j’ai filmé beaucoup de trucs, c’était très productif.
 
Seulement une seule semaine ?
Oui, juste une semaine à LA, et je crois que j’ai filmé une semaine à Vancouver. J’ai eu assez d’image pour qu’ils me disent « Ok on met ça dans la video . Et ça a certainement changé ma carrière. C’était une énorme video, et j’avais été bon pour le peu de temps que j’ai eu, ça a beaucoup aidé.

En t’as eu des parts dans pas mal de très grosse vidéos, « Menikmati » en est une. Comment a tu apprécié la collaboration avec Fred Montagne ?
Incroyable, tu es français c’est ça ? Les français sont passionnés, c’est culturel ahah. Fred est passionné et dévoué, c’était contagieux. Tu voulais le faire juste pour lui, il travaillait autant que toi, peut être plus. J’était jeune et faire des tricks était facile pour moi ahah Il arrivait qu’il s ‘énervait car je rentrais les tricks du premier coup « Ricky, pas du premier coup, j’ai besoin d’ajuster le bon angle ». Bref, c’était génial, et Fred est un ami de toujours.

Parmi les parts que tu as eues, quelle est celle que tu préfère ?
Probablement, « Especial », c’était une petite video. Je crois qu’elle est sortie en DVD avec un magazine. A l’époque peu de gens l’ont vu. Ce que j’aime à propos de cette video était le fait que j’étais plus moi-même, plus détendu, et pas comme si je devais faire ce que j’étais supposé faire, comme faire de bon vieux gros rails.
 
Oui, je me souviens de quelques tricks surprenants comme ce wallie big spin out ou le wall ride nollie flip
Oui c’est ça, et je crois que ça n’avait jamais été fait d’ailleurs.
 
Tu as ouvert un shop (Antisocial) il y a un bon moment, il est toujours à toi ?
Oui, c’est toujours là, ça fait 17 ans maintenant, moi et mon associée Michelle l’avons ouvert ensemble.
 
Qu’est ce qui t’a décidé de l’ouvrir ?
Michelle allait ouvrir un shop, on sortait ensemble à cette époque. Elle allait l’ouvrir avec un amie à elle et je venais à des réunions comme consultant, car je m’y connaissais un peu. Son amie a décidé de ne pas continuer, elle voulais étudier l’art et choisir un autre chemin et comme j’étais très impliqué dans le projet j’ai dit « Je vais le faire avec toi ». C’était le commencement et nous voulions le faire avec la vision du shop que nous avions, plutôt que faire un shop traditionnel.
 
Vous vouliez avec un shop core qui soutient la scène locale ?
Oui, à époque on voulait une scène locale et aussi des petites marques, c’est ce qu’on fait tout le monde aujourd’hui. On importait des boards Unabomber d’Angleterre, on voulait plus d’exclusivité, pas pour être cool mais just des chose qu’on aimait. On ne voulait pas que le marché nous dicte ce que l’on devait vendre, mais dire au marché ce qu’il fallait acheter.
 
Tu avais décidé de t’impliquer dans le projet pour prévoir un après skate pro ?
Non, j’aimait juste le projet, c’est tou. J’aime avoir des projets. Je ne me considère pas seulement comme un skater, j’aime essayer de nouvelles choses. Nous n’avions à aucun moment prévu de faire de l’argent avec le shop, c’est un truc plutôt tourné vers la communauté, presque à but non lucratif. On reste ouvert et c’est une plateforme. Mais pour être Honnête, c’est plus le shop de Michelle, c’est la boss ahah
 
Tu avais participé au projet de documentaire « Abandonned », comment l’idée est venue ?
L’équipe avec qui j’ai fait ça développait un autre projet qui était plu axé sur les voyages. Ils avaient fait un truc avec RedBull dans un hôtel abandonné et avaient construit des modules dedans. Un personne qui travaillait sur ça est passé Che Viceland. Quelqu’un chez Viceland est passé à côté d’un supermarché abandonné et a dit « On devrait faire un truc avec ces supermarchés abandonnés ». A la bas le projet était axé sur « skater sur des lieux », et lorsqu’on a pris le projet en main, on a voulu que la partie skate soit minimale plus axé sur le lieux abandonné et puis « Rick y va et skate » ahah
C’est une idée bizarre mais je pense que ça fonctionne.
 
Beaucoup de fan demandent plus d’image de toi, voir une full part, que ressens tu à propos de ça ?
J’aime l’idée. Mo corps est plus lent, j’aimerais essayer, j’ai des problèmes physiques et ils apparaissent juste au moment où je suis près ahah
Mais je ne sais pas si je vois vraiment encore une valeur ajouté à une full part. Personnellement, j’aimerais avoir une nouvelle part, on verra si j’en suis capable. Le contenu de nos jours à besoin d’être immédiat, tous les jours, donc ça a plus de valeur d’avoir de bon trucs dans beaucoup de projets.
 
Aujourd’hui, certains pros dans leur quarantaine sont sponsorisés par une grosse marque de shoes et ont ce “statut de Légende”, as tu été approché par une de ces marques ?
Non, je skate pour Lakai ! Je pense honnêtement qu’il y a des places, mais ont sont déjà occupées, il y a déjà des gens comme moi qui ont ce statut.
Et je skate pour Lake, I’m fine.
 
Quel skater t’a inspiré récemment ?
En ce qui concerne regarder les gars skater, je dirais Rowan Zorilla. C’est mon préféré aujourd’hui. Je l’ai récemment aperçu à droite à gauche et le voir skater en vrai est incroyable.
 
Et à l’époque ?
Eric Koson
 
Et Rick Howard ?
oh, Rick est un de mes meilleurs amis, je ne le vois pas comme un pro skater. Par contre, une fois il est venu dans ma ville et a skate mon trottoir, et j’ai perdu la tête. J’ai toujours été un grand fan de Rick mais plus comme un ami aujourd’hui.