An interview with Leo Valls

Interview by Charles Paratte Photos by David Manaud (version française en bas de l’article)


I’ve come across Leo many times during random trips or events and through common longtime friends, so the idea of interviewing him has been there for a while. What is remarkable with Leo is you can identify his style and approach to skateboarding almost instantly. He gets inspired everywhere he travels and has consistently challenged the rules and trends of skateboarding for over a decade now. Recently Leo’s been busy; actively helping to make skateboarding legal again in Bordeaux, travelling with the Magenta crew, changing shoe sponsor, directing funny skits with his friend Seb Daurel and even contributing to CafeCreme on occasions. What better time to interview him?

We usually associate you with Bordeaux, tell me about the city and the skate scene here?
I was born here, I started skating in Bordeaux, so I’ve followed the evolution of the city and the skate scene. It’s changed a lot. There has been a renewal of the city with big reconstruction works in the downtown in the early 00, so the skate scene evolved with it. Before that, there was this famous spot « Place Malraux », which was the principal spot where everybody met to skate. Some World Industries and Blind demos took place there. When the place was destroyed, the dynamic changed, people started to skate in the whole city, the rebuilding of the city started at the same time and spots started to pop up everywhere.

They built that new tramway at the time too?
Yeah basically they built a tramway system which crosses through the whole the city, and each stop is almost a kind of a plaza, which is great. There has been a lot of footage filmed here, people from everywhere started to come skate the city. As a result, a ban on certain spots was imposed, the city couldn’t handle the amount of incoming skaters and decided to ban skating at most of the spots downtown, basically the best spots. There is a police station situated right in the middle, so it’s been really tough to skate, they arrive quickly and dish out 70 euro fines. Some kids from the suburbs, who come out to skate ended up getting dozens of fines. It’s a big problem..

They still skate the spots, they don’t go to the skatepark ?
The street pots are so good though! They keep trying to skate them and then they end up being chased by the police. I felt like we were in some US city in the late 90’s. We thought we had to find a solution to it, even if skating is “where we want, when we want”, we had to compromise and engage in dialogue with local residents. It consists of not skating in the morning and the night, and allow skating during the day, when the city is fully active. We are currently testing that, and it looks convincing now and encouraging. Some of the kids got their fines cancelled. The people in the city are starting to open their mind, because some people wanted to double the amount of tickets and confiscate boards, it was about to become very repressive.

Who undertook the dialogue?
A little crew consisting of various people within the local scene: the association Board O, shops like Riot and Workshop to name a few, Gregoire Grange, myself and Vivien… So, it’s more mellow now, you can skate spots an entire afternoon without the fear of seeing police coming. It’s really positive.
Bordeaux is well known for being a city with a bourgeois mentality, it’s rich and got a beautiful architecture. Some of the old generations have strong views, but on the other side countercultures surface. Also, the Surf culture is well established here because some big surf spots are close. Skateboarding is rooted in Bordeaux, there are a lot of skateboarders. There are a lot of people using a skateboard just for transport in the city. There are many skateshops, skateparks like The Darwin owned by Seb Daurel, so yes it’s very active.
I used to live in SF, in Japan, my wife is American, and we once thought about living in California, but at the end, having a place where you feel home is the most important. I think you don’t need to move to the USA to have a skateboarding career, but I still love to go there.

Boneless 50

So, you thought about moving abroad at one point ?
Yes, we used to think about it seriously, I spent almost two years in SF. it was really motivating and inspiring, skating the downhills, and it’s the mecca of skateboarding. But every time I’m back home, I’m happy. Keeping my home in Bordeaux, keeping my local roots which is important for me, and having opportunities to travel is what works best for me.

When you’ve been to Japan, was it for good ?
I’ve been there with Lolo, who used to give English courses over there. I’ve been there a dozen of times. When you get there, you learn about your own culture, so it was pretty well inspiring for me. So yes, we went there for living and we finally stayed 3 months and we back home. There is a big difference between going there for a 3 weeks’ trip and living there, getting an apartment, being totally immersed in a culture you don’t really understand, and you realize you’ll never understand. There are cultural codes you can’t get used to. At the end, I became a little disillusioned, but I’m glad to have tried that experience.

What cultural codes are difficult for a foreigner to grasp ?
First, the way people express their feelings. We are in a Latin culture, when we are tired or feel pain or anything, we say it right away. Japanese people keep everything inside; they are always trying to figure out what other people think or how they feel. As a result of that, I think it creates misunderstanding and frustration. Even with each other, it feels confusing to be there, surrounded by Japanese people for months. You realize you have to always guess what s going on. Discovering that is interesting, but I feel that, as an occidental citizen, you can’t really understand…

How did you get to Magenta?
Soy was already my friend, I used to visit him a lot and spent some time in Paris, He inspired me a lot. I also used to know Vivien pretty well; he used to come to Bordeaux to skate. When Soy told me about creating a new brand in France, I was immediately inspired and I quit my former sponsor. I trusted them enough to join the project. It was in 2010, there are been so good memories since then.

Has Magenta given a boost to the Bordeaux scene ?
It gave a shine to Bordeaux for sure, thanks to all the footage filmed there and all the people who have visited Bordeaux. One of the best things with Magenta is all the people we meet and showing them the vibe where we live. But on the other side Magenta is Soy in Paris, Ben in SF, Jimmy in Florida, Zach in Washington, it’s a family with many affiliated people from all over the world. Magenta is brand based on connections, even if it’s French brand.

The way you skate is quite unique, the power slides etc. It’s almost a surf style you inhabit. How did you get your inspiration?
It came gradually, whilst travelling, meeting people, growing. I feel like skateboarding was very codified, We used to only get inspiration from what the American industry brought to us. When I travel, I get inspiration from a lot of different stuff, I was fascinated by the SF scene from the 90’s, by the Japanese scene in Tokyo and Osaka. But I think you have to look further, the surf for example. You have to take pleasure in the movement, and the environment.
The rules in the skate industry needed to be broken, it tends to push to either the ultra tech or the gnarly stuff, which is more understandable to most of people. Ultimately, I think you have to skate the way you feel, naturally. It is what I’ve always enjoyed the most to do.
I never thought I could make something in skateboarding with the way I skate. I probably came at the right time.

Have you ever been told to change the way you skate ?
Yes, I won’t say any names, there are been many discussions about that, when I started to skate my own way. Some people would not understand, and probably still don’t, but I enjoy that, making people react. I think that many people were sitting on a unique style of skating. But I think we have a good dynamic nowadays, you can do anything you want. Something really cool is on. And people can promote it and show what they do via the internet, you don’t need to know the right people in the industry like it used to be 15 years ago.

We used to chat about how you get involved in filming and editing videos, are you excited about that now ?
Yes, video is a good way to express yourself, you can spread a message through it and say what you want. It’s complementary to skateboarding, like photography or painting could be. I’ve always liked video, I learnt by myself watching Yoan Taillandier, Josh Roberts, Colin Read, Zach Chamberlin and some other filmers I met. I really enjoy editing most of the Magenta videos, it just came naturally.

It seems you’re constantly involved in a project here and there, how do you organize yourself?
I don’t really know, there are always opportunities coming, and I guess I’m just really motivated. Getting in touch with many people is easy in skateboarding, so you get opportunities.

You have a part in the last Transworld video, how was the filming with the crew?
It was great, we all skated together. Thanks to Chris Thiessen who is a good filmer and a good person. He wanted to make a video which is different from what you supposed to see, he’s really open minded and really excited to film people skating their own way.
So, we kept filming all together and everyone supported each other. It was a really good experience. Even if we were at a spot I don’t skate, I really enjoyed watching Yaje trying a switch feeble on a rail for example.

You always involve locals when you go on trips with Magenta.
Yes, our friends from Perth told us that, I won’t forget what they said “When teams come on tour here, they do a demo and toss product at the skatepark” They had never met a crew who skate with them and get them involved in the video. There are interesting skaters everywhere; I think it’s important to give them some shine.

You just changed your shoe sponsor, how did it happen?
I had been riding for the same shoe brand for 8 years, and I felt it was going in circles. David Manaud is my good friend, he lives in Bordeaux. I met people from DC, Manu Labadie, a good guy ! DC Europe is based in St Jean De Luz, not far from Bordeaux, it makes things easier. The whole team is super nice and it made me want some change. Skating for a brand rooted in skateboarding is more rewarding. I also feel it’s easier to communicate with them. Anyway, I’m really happy !

Are you getting a DC tattoo ?
Ahah no I don’t have any tattoos. No Magenta tattoos either!

Have you ever seen people with Magenta tattoos ?
Yes, I have. By the way, Zach tried to convince us to get a Magenta tattoo, during a trip where we were all together. Everybody walked away and Zach gave up. It doesn’t mean he’s not trying again. By the way we are currently in Dubai, the whole family.

You seem to have a lot of fun doing those Sebdo show clips, do you think you want to pursue that?
Seb is really spontaneous, an imposing approach doesn’t work with him, he does things by himself, and I like it a lot. SO we started filming those little clips for instagram. We push each other to go to skate. He’s so funny and he loves to dress up, so I decided to film him. We try to put out a new clip every month, but we don’t have any rules, it depends on our inspiration. We get a lot of good feedback too! That proves skateboarding need more humor. It’s funny to see Seb at 40, who’s still a really good skater, finding new ideas to communicate through skateboarding.

Spontaneous, but dress ups are really well done!
Yes but we always proceed very quickly, we meet at the spot, he dresses up and we go film him for one hour, he interacts with people and we finally have a video. Sometimes, I can’t even keep filming because I can’t stop laughing. I edit the same day and we have something funny and spontaneous. The only thing we need now is a costume shop sponsor because you need to find out the leather suit of Neo from Matrix, for example. I tell Seb “Let’s do a Matrix clip”, so Seb buy sun glasses, goes to the hairdresser and ask for the Neo’s haircut from Matrix, then you realize that the leather suit coast 800 euros. Fortunately, I know a gothic guy, he used to come to the spot a while back ago. I sent him a message to ask him if we could borrow him the suit and he was down for it. We always find some stuff in that way. Anyway, we are excited and we want to keep finding some new ideas. If it’s time to make people laugh, Seb is always motivated. Ultimately that’s what skateboarding’s for, having fun with your friends, isn’t it?

Cela fait déjà un moment que je croise Leo, soit au détour d’un voyage ou d’un événement, grâce à des amis communs de longue date, l’idée de faire une interview avec lui est là depuis un moment. Ce qui est remarquable avec Leo est que vous pouvez identifier instantanément son style et son approche du skate bien à lui. Il puise son inspiration partout où il va et défie constamment les règles que l’industrie impose ainsi que ses modes, en provoquant parfois le débat, depuis déjà dix ans. Son emploi du temps est particulièrement chargé ces deniers temps, il aide à rendre le skate à nouveau légal dans sa ville de toujours Bordeaux, continue ses explorations des monde avec Magenta, réalise des clips avec son ami Seb Daurel et parfois même contribue à CafeCreme. Moment parfais pour faire son interview.

On t’associe forcément à Bordeaux, parles nous de la ville et de son évolution
J’y suis né, j’ai commencé le skate là-bas, j’ai donc suivi l’évolution de la ville et de la scène qui a beaucoup évolué. Il y a eu un renouveau de la ville avec pas mal de travaux et de reconstruction au centre-ville dans les années 2000 et du coup ça a pas mal changé la scène skate. Avant ça, il y avait ce fameux spot, la place Malraux, qui était le spot emblématique, toute la scène se retrouvait là pour skater. Il y a eu des démos Word Industrie, Blind dans les années 90. Quand le spot a été détruit, ça a pas mal changé la dynamique, les gens se sont mis à skater dans la rue un peu partout, c’était en même temps que les travaux et que les spots ont éclos.

Ils ont construit la ligne de tramway à ce moment ?
En gros, ils ont construit des lignes de tramway qui traversent toute la ville, et quasiment chaque arrêt donne une sorte de plazza en marbre pour faire simple, ce qui a été super. Du coup, il y a eu pas mal d’images qui ont été filmées avec de plus en plus de gens qui viennent de loin pour venir skater içi. On a vu toute cette évolution jusqu’aux problèmes d’interdiction de la ville qui n’a pas su gérer l’afflux d’autant de skater et a décidé d’interdire complétement la pratique en centre-ville, notamment sur les places principales, qui sont les spots les plus attrayants. Il y a un poste de police en plein centre, du coup c’est devenu super compliqué de skater là car ils arrivent rapidement et mettent des amendes de 70 €. Des gamins de Bordeaux qui venaient des quartiers autours se retrouvaient rapidement avec des dizaines d’amende. C’est devenu un problème.

Les gamins venaient quand même skater dans la rue plutôt qu’au skatepark en prenant le risque de prendre des amendes ?
Les spots sont tellement bien qu’on a bien sur continué de les skater, on s’est retrouvé avec des course-poursuites avec la police, on avait l’impression d’être sur des places aux Etats Unis dans les années 90. On s’est dit qu’il fallait trouver une solution à ça, même si pour nous le skate c’est quand on veut où on veut, même si ça ne nous fait pas forcément marrer de parler avec des riverains, on a essayé de trouver un compromis avec eux qui consiste à laisser ces plazas tranquille le soir et le matin et des laisser le gens y skater la journée quand la ville est en pleine activité. Et au passage ils ont accepté de nous laisser skater tranquille dans le reste de la ville. Du coup, il y a un premier test en cours qui semble assez convainquant et j’ai vu que des jeunes qui ont reçus des amendes avant ont été relaxés. C’est plutôt cool et encourageant, ça montre que la ville va petit à petit s’ouvrir quand tu vois que certains riverains optaient pour que les amendes soient doublées et que le skate soient confisqués, ça allait devenir vraiment répressif.

Qui a entrepris le dialogue ?
Un petit collectif s’est mis en place avec différents acteurs de la scène, l’asso Board O qui promeut le skate à Bordeaux, des shops comme Riot ou Workshop parmi d’autres, Gregoire Grange, moi et Vivien… Du coup, c’est plus détendu maintenant, les gens se retrouvent pour skater des après midi entière sur ces places sans être en stress que la police arrive, et ça, c’est très positif.
La ville est réputée pour avoir une mentalité assez bourgeoise, c’est riche et très beau architecturalement. Il y a des générations qui ont des idées assez arrêtées, mais en même temps tu as ces contres cultures qui émergent. De plus, ici on a l’ADN surf avec la proximité de la côte et des gros spots de surf. Le skate est très encré ici, il y beaucoup de skaters. Tu vois beaucoup de gens qui utilisent le skate pour se déplacer. Il y a beaucoup de shops, Darwin avec son skatepark tenu par Seb Daurel, bref, il se passe des trucs constamment.

De mon côté, j’ai vécu aux Etats Unis, au Japon, mon épouse est américaine et on a réfléchit à s’installer définitivement en Californie, mais au final c’est important d’avoir un endroit où tu te sens chez toi. Je pense pas que c’est une finalité aujourd’hui en temps que skater Européen d’essayer à tout prix de faire carrière aux États Unis, même si j’adore y aller.

Tu as pensé vivre ailleurs au moment donné ?
Oui j’y ai pensé, j’ai vécu presque 2 ans à SF, en tout. C’était vraiment inspirant et motivant d’aller là-bas, faire du downhill à fond, et puis c’est un peu la Mecque du skate. Mais à chaque fois que je rentre en France, et notamment à Bordeaux, je suis content. Donc avoir un pieds à terre içi, conserver cet aspect local qui est important à mon sens, tout en voyageant à fond, c’est ce qu’il me convient le mieux.

Quand tu es parti au Japon, c’était pour y vivre pour de bon ?
Je suis parti avec Lolo, qui donnait des cours d’anglais là-bas. Je suis allé une dizaine de fois au Japon. Quand tu vas là-bas, ça t’apprend pas mal sur ta propre culture, du coup ça m’a beaucoup intéressé. Donc oui on était parti pour s’installer et au final on est resté 3 mois et on est reparti. Il y a une grande différence entre aller visiter le Japon 3 semaines et y vivre, avoir son appart à Tokyo, être complétement en immersion dans une culture que tu ne comprends pas et que tu te rends compte que tu ne comprendras jamais vraiment. Et puis il y a pleins de codes culturels auxquelles tu ne peux pas vraiment te faire. Au final ça a été un peu une désillusion, mais c’était bien d’avoir tenté l’expérience.

Quels sont, en exemple, les codes culturels qui sont difficiles à appréhender là-bas ?
Déjà, la façon dont les gens expriment leurs émotions. Nous sommes d’une culture latine, à savoir que quand on a mal ou qu’on est fatigué, ou quoi que ce soit, on va le dire direct. Les japonais gardent tout à l’intérieur, ils ne sortent pas leurs émotions et ils sont tout le temps en train de deviner ce que les autres pensent ou comment ils se sentent. Du coup ça peut créer pas mal de quiproquo ou pas mal de frustrations je trouve. Même entre eux, et c’est assez déroutant de te retrouver là-dedans, entouré de japonais pendant des mois. Tu te rends compte que tu dois deviner ce qui se passe tout le temps. Après c’est intéressant de découvrir tout ça, mais j’ai l’impression qu’en temps qu’occidental on ne peut jamais vraiment comprendre…

Comment Magenta est arrivé ?
J’étais déjà très pote avec Soy, chez qui j’allais déjà très jeune passer du temps à Paris et qui m’a beaucoup inspiré. Je connaissais bien Vivien qui était déjà venu skater à Bordeaux. Quand Soy m’a parlé de monter une marque en France, ça m’a parlé tout de suite et j’ai quitté mon précédant sponsor. Je faisais assez confiance à Soy et Vivien pour partir avec eux là-dedans. C’était en 2010 et il y a eu un paquet de rigolades qui se sont passées depuis.

Magenta a boosté la scène à Bordeaux ?
C’est sûr que ça a mis le spotlight sur la ville, avec toutes les images qu’on a fait la ba et les gens qui sont venu visiter. Un des meilleurs trucs avec Magenta c’est de pouvoir rencontrer tous ces gens et aussi de leur montrer comment ça se passe chez nous, donc c’est vrai que ça a créé une émulsion. Mais je dirais surtout que Magenta c’est Soy à Paris, Ben à San Francisco, Jimmy en Floride, Zach à Washington, c’est toute une famille, avec plein de gens affiliés aux quatre coins de monde. Et Magenta, même si ça reste évidemment une marque Française, c’est une marque basée sur les connexions.

Ta façon de skater est très singulière, des power slides aux différents tricks que tu fais aujourd’hui. Comment tu t’es inspiré ?
C’est venu petit à petit, en voyageant, en rencontrant des gens, en murissant. J’ai l’impression que le skate était très codifié et qu’en France on ne regardait que ce que l’industrie US nous présentait. En voyageant, je me suis inspiré de pleins de trucs différents, j’étais fasciné par la scène classique de San Francisco des années 90, de la scène japonaise qui se passait à Tokyo et Osaka notamment. Mais en allant même plus loin, il faut savoir trouver de l’inspiration ailleurs, dans le surf par exemple. Trouver le plaisir dans le mouvement, dans l’environnement.
Il faut savoir casser les règles et codes de l’industrie du skate, qui avait tendance à pousser uniquement le super tech ou le super gnarly, ce qui va parler le plus aux masses car c’est ce qui est le plus facile à comprendre pour la majorité des gens. Et je pense qu’au final il faut skater comme on en a envie, dans un processus naturel, comme notre corps et esprit nous le dis. C’est ce qui m’a toujours procuré le plus de plaisir personnellement. Mais quand tu veux faire du skate de façon plus personnelle, c’est difficile de s’en sortir. Du coup, je n’ai jamais pensé que j’allais faire quelque chose dans le skate en skatant de la manière dont je skate. Je suis probablement arrivé au bon moment…

C’est ce que j’ai compris en voyageant, tu peux avoir ta propre vision de la façon de skater de voir la ville, c’est un peu une recherche de ta propre personnalité, moi je le vois comme ça.

Justement, par rapport à l’industrie, t’a-t-on déjà suggéré de changer ta manière de skater pour te mettre en avant ?
Oui, je ne citerais pas de noms, mais y a eu pas mal de discutions, notamment au début, quand j’ai commencé à skater plus librement on va dire. Y a des gens qui ne comprenaient pas, et peut être ne comprennent toujours pas aujourd’hui, mais c’était aussi ce qui me plait, de faire réagir les gens. A mon sens, beaucoup de monde étaient endormis sur une seule façon de faire du skate. Mais aujourd’hui, je trouve qu’on est dans une bonne phase, il y a moins de tabous, tu as le droit de faire ce que tu veux. Il y a vraiment un truc cool qui se passe. En plus tout le monde a la possibilité de montrer et promouvoir ce qu’il fait grace au net, tu n’es plus obligé d’être affilié ou admis par certaines personnes de l’industrie, comme c’était encore le cas il y a 15 ans. Je suis assez confiant en ce qui concerne la tournure libre que prend le skate.

Il y a quelques temps on avait parlé de ton investissement plus sur la vidéo, notamment depuis la vidéo du trip à Perth, c’est quelque chose qui te motive plus aujourd’hui ?
Oui la vidéo est un super moyen pour t’exprimer, tu peux y faire passer un message et y dire ce que tu veux. C’est complémentaire avec le skate, comme faire de la photo ou du dessin, par exemple. La vidéo, ça m’a toujours plu, j’ai appris à monter dans mon coin, en regardant Yoan Taillandier, Josh Roberts, Colin Read, Zach Chamberlin etc, et les différents filmeurs que j’ai pu rencontrer. Aujourd’hui je me marre à faire les montages de la plupart des vidéos Magenta, car c’est devenu naturel.

Tu a l’aire d’être toujours impliqué dans un projet ou un autre, comment t’organises-tu pour être en permanence actif ?
Je sais pas trop, il y a toujours quelque chose qui me tombe sur le nez, et je dois sans doute avoir la motive. Mais en skate il est facile d’avoir un réseau et d’avoir des connexions avec qui tu peux faire des choses. Du coup on te sollicite tout le temps.

Tu as une part dans la dernière vidéo transworld, comment s’est passé le filming avec les autres que tu ne vois pas forcément tous souvent ?
C’était génial, on skatait tous ensemble. C’est en grande partie grâce à Chris Thiessen qui est un super filmeur et une super personne. Il voulait vraiment faire une vidéo en cassant les code de ce qu’on peut voir habituellement, il est très ouvert d’esprit. Il était vraiment très motivé pour montrer du skate propre à chaque individu.
De manière pratique, tout le monde suivait le groupe et se soutenait, quand quelqu’un trouvait un trick à faire. Même sur un spot que je n’allais pas skater, j’étais content de regarder Yaje essayer switch feeble sur un rail par exemple.

Justement, avec Magenta il semble que vous impliquez souvent les locaux quand vous bougez.
Oui, c’est ce que nous avaient dit nos amis de Perth, on était allé là-bas dans le but de faire un clip vidéo avec eux. Ce qu’ils m’avaient dit m’avait marqué, « Quand des gars viennent de loin, avec une marque, ils viennent pour faire une démo et jeter des lots au skate-park » Ils n’avaient jamais vu un crew qui vient skater avec eux et les impliquer dans la vidéo de leur marque. Il y a des skaters super intéressants partout, et c’est important d’essayer de les mettre en avant.

Tu viens de changer de sponsor shoes, qu’est ce qui a motivé ça ?
Ça faisait 8 ans que je skatais pour la même marque et je trouvais que ça tournait en rond. Je suis bien pote avec le génial Davis Manaud, qui est à Bordeaux. Du coup j’ai rencontré les gens de DC, Manu Labadie notamment, un chic type! Ils sont installés à St Jean de Luz, donc pas très loin, c’est géographiquement déjà beaucoup plus simple. Toute l’équipe est super cool et ça m’a donné envie de changement. Et j’avoue que skater pour une marque de shoes qui vient du skate, c’est plus gratifiant. Je sens qu’il y a une meilleure compréhension avec eux, quelque chose de plus humain. En tout cas j’en suis très content!

Pas de tatouage DC en vue ?
Pas encore de tatouage, non, ahah ! Je suis tout neuf de ce côté-là, et pas de tatouage Magenta non plus !

Tu as rencontré des gens avec un tatouage Magenta ?
Oui il y en a. D’ailleurs, Zach Lyons a essayé de tous nous motiver pour nous faire un tatouage Magenta pendant un trip au Japon, avec tout le team en même temps mais ça s’est pas fait. Tout le monde s’est défilé ahah et Zach a abandonné le projet. Mais ça veut pas dire qu’il ne va pas retenter. On part à Dubai en Mai, pour un trip tous ensemble pendant 1 mois, avec toute la famille.

Tu as l’air de bien rigoler avec le Sebdoshow, c’est quelque chose que tu veux continuer à développer ?
Seb est quelqu’un de très spontané, qui ne va pas fonctionner si tu lui impose des choses, mais va plutôt agir par lui-même, ce qui me plait beaucoup. Du coup on a commencé à filmer des petits clips sur insta. On se motive mutuellement pour aller skater et comme il est hilarant, et qu’il aime bien se déguiser, j’ai décidé de le filmer. On essaie d’en faire un tous les mois, sans vraiment aucune règles, en fonction de si on est inspiré ou pas. Et on a de super retours ! Ça nous prouve que le skate a besoin de plus d’humour. C’est marrant de voir qu’a 40 ans, Seb qui est toujours un très bon skater, arrive toujours à se recycler et à communiquer à travers le skate.

C’est spontané mais pourtant les déguisements sont quand même bien trouvés !
Oui mais à chaque fois ça se fait super vite, je le retrouve sur un spot, il enfile les déguisements, on part filmer pendant 1 heure, il interagit avec les passants, on se marre, et hop on a une video. Des fois, je n’arrive même plus à le filmer tellement j’ai le fou rire. Je fais le montage le soir même et on a quelque chose de rigolo et spontané. La seule chose qu’il nous faudrait à ce stade c’est un sponsor de magasin de fête et de costume haha. Parce que quand tu dois trouver la veste en cuir de Neo de Matrix par exemple… Je lui dit: ” Seb on fait Matrix“. Seb s’achète les Lunettes, et il va chez le coiffeur pour demander le coupe de Neo dans Matrix; en sortant on se rend compte que le veste coûte 800 euros. Heureusement, j’avais dans mes contact un vieux pote gothique qui venait sur le spot il y a un moment. Du coup, je lui ai demandé s’il pouvait nous prêter la veste en cuir à 800 € pour la journée et il a répondu à la minute. On trouve souvent des combines comme ça. En tout cas, on est chaud pour continuer à trouver des idées et Seb du moment qu’il peut se marrer en faisant rire les gens, il y va ! Et au final c’est quand même à ça que sert le skate, non ? Se marrer entre potes!